D'abord une première démo de ma JV Squier 1982

Musique enregistrée sur Linux avec mon pote Lionel, dit Yo, lui sur une basse Ibanez, moi sur la Squier entrant dans mon Princeton clone fait maison, repiqué avec via un SM 57 par une carte audio Echo Layla 24 en 44100. Aucun traitement ajouté au fichier son, ni même sur la guitare lors de l'enregistrement. Rien, nada, juste le son de la gratte branchée dans l'ampli sans reverb, avec peu d'aigus. Le thème : Chameleon d'Herbie Hancock, époque funk :

Fichier audio intégré

En vidéo :

Fichier vidéo intégré

Génèse d'une relance

Bien qu'elles soient de nouveau recherchées, les strats produites fin 70 n'emportaient pas l'adhésion des musiciens au début des années 80. Ces strat série F paraissaient alors bien faiblardes en comparaison de ce que la compagnie avait sorti de ses ateliers jusqu'en 1964. CBS, le propriétaire de Fender depuis le 4 janvier 1965, fit donc appel à une nouvelle équipe pour dynamiser les ventes. C'est ainsi qu'en 1981, Dan Smith rejoiint l'entreprise, en charge du marketing. Il décida de reproduire les guitares des années 50 et 60 qui avaient fait le succès de la marque. Ce d'autant que Fender avait à l'époque fort à faire avec la concurrence japonaise, notamment la société Tokai qui affichait impunément la prétention de reproduire à l'identique les strats et télés des belles années de la marque. Son ambition était même affichée sur la tête de manche des strats que Tokai fabriquait : "This is the exact replica of the good old strat", était-il écrit. Et il faut bien admettre que leurs strats n'étaient pas mal du tout. Voilà aussi pourquoi Fender créa Fender Japan, pour mettre un terme à cette concurrence des fabriques japonaises. Car il n'y avait pas que Tokai. D'autres sociétés copiaient les Fender, dont Greco.

La filiale nippone de Fender vit officiellement le jour le 11 mars 1982. Elle travailla sous deux marques : Fender, pour le haut-de-gamme, et Squier, pour le reste de la production. Il fut dit que Fender chercha dans un premier temps à racheter Tokai. Reste que la compagnie fit affaire, à l'arrivée, avec l'équipe de Greco et les guitares furent fabriquées à l'usine FujiGen à Matsumoto, avec le soutien matériel et technique de Fender US. Par la suite, Fender attaqua Tokai qui fut contraint de changer la forme des têtes de manche de ses guitares et dut arrêter d'afficher qu'elle faisait "des répliques exactes des bonnes vieilles strats".

Le génie de Dan Smith

La relance de Fender revient amplement à Dan Smith. Il oeuvra pour la compagnie de la fin 1981 à apparemment 1983. Autant dire une période très courte, mais au cours de laquelle il fit produire d'excellentes strats. Dan Smith réintroduisit ainsi la tête pré-CBS et le système 4 vis d'accroche du manche sur le corps qui avait été abandonné par CBS au profit d'une accroche 3 vis (il y eut néanmoins des exceptions à l'accroche 3 vis fin 70). Le trust rod fut aussi changé, le réglage étant de nouveau côté corps, et non plus côté manche. Les bois étaient, en outre, rigoureusement sélectionnés. Un soin particulier fut apporté aux micros. L'un des différents pickups bobinés à l'époque est aujourd'hui extrêmement prisé : le red bobbin, la fibre vulcanisée utilisée étant de couleur rouge (photo ci-dessous)pour l'embase, crème pour la plaque du dessus. Son bobinage est généralement en plain enamel de couleur pourpre foncée (pour plus de détails sur le plain enamel, se référer au post que j'ai écrit sur les micros Fender), mais pas toujours.

red_bobbin_1.jpg

Fender Japan

Sous Dan Smith, la marque relança donc une production de strats et télés vintage de très bonne facture avec vernis nitro-cellulose pour les plus belles, comme à l'époque de Léo Fender (soit avant 1965). La filiale japonaise apportera à cette production sa touche personnelle, en utilisant des bois de lutherie absolument magnifiques, en particulier le Sen (ou Frêne japonais). Les corps des premières Squier et Fender Japan (mais pas toutes) sont faites avec ce frêne-là. Fender Japan utilisera néanmoins beaucoup l'aulne, le bois que l'on retrouve sur la plupart des corps de strat et télé, mais aussi le basswood (tilleul), un bois léger, pas très joli, mais qui sonne. La production nippone n'avait clairement rien à envier à la production US, en terme de lutherie. De plus, les micros de la plupart des Japonaises, rappelons-le, venaient des des Etats-Unis. Ces premières Squier et Fender Japan furent cependant longtemps sous-estimées. Car, aux yeux de nombreux guitaristes, une Fender doit être américaine, ce qui accroît aussi - point non négligeable - sa valeur sur le marché de la revente. Dan Smith, lui-même, reconnaissait pourtant que sa production japonaise était aussi bonne que l'américaine. Un site incontournable sur les JV : http://www.21frets.com

Caractéristique des bois :

  • Le Frêne (Sen) : son sec, clair, claquant, peu de sustain.
  • L'aulne (alder) : neutre, un compromis entre sustain, brillance et précision du son.
  • Le basswood (tilleul) : neutre, bon sustain, clarté du son, mais fragile, prend vite des coups, car très tendre. Les Squier JV qui paraissent légères sont en général faites avec ce bois. Précisions qu'ucune strat signée Fender JV n'est faite avec ce bois que l'on ne trouve donc que sur la gamme des Squier JV.

Le cas Tokai

Dites Tokai et la plupart du temps, on pense aux autoradios. C'est méconnaître que Tokai a d'abord été, dans les années 70 et 80, une marque d'excellentes copies de guitares Fender, mais aussi de Gibson. Au point même de dépasser parfois en terme de qualité et de sonorité les modèles originaux (de l'époque, précisons). Aussi, ce ne serait pas exagéré que dire que la filiale japonaise de Fender a été créée en grande partie pour contrer Tokai. Il faut dire que le Japonais ne lésinait pas sur les moyens pour attirer l'oeil et l'oreille, en recourant à de superbes bois, au vernis nitro-cellulose pour ses modèles les plus prestigieux, et ses micros étaient également pas mal. Il semblerait d'ailleurs, d'après une publicité des années 80, que Stevie Ray Vaughan aurait aussi joué sur des strats Tokai. En outre, certains bancs d'essai de l'époque ne tarissaient pas d'éloges sur cette marque japonaise. Preuve que ces guitares-là valaient le coup. Fender attaqua Tokai en justice pour lui interdire de faire des copies conformes. Voilà pourquoi Tokai fut contrainte de modifier les têtes de manche de ses guitares, ainsi que son logo qui, de loin donnait l'illusion du logo Fender.  Et la phrase relative à la réplique exacte des bonnes vieilles strats disparut définitivement. Un site est toujours consacré à ces Tokai (http://www.tokairegistry.com/) où l'on trouve notamment les bancs d'essai de différents magazines, ainsi que les différents modèles produits.

Le son de la Squier JV

Petite phrase enregistrée sur mon Princeton clone, fait maison (voir les posts relatifs), sur Linux (voir aussi mes posts sur la MAO sur Ubuntu Studio) via une carte Echo Layla 24 :

Fichier audio intégré

Sample fait cette fois avec mon tubescreamer Maxon OD-808 modifié, plus le buffer, dont je montre le montage dans un autre post. Le Princeton clone : vol à 6, treble à 7, bass à 7, pas de reverb ; l'OD808 overdreive à 7, volume à 4, tone au centre pour limiter les aigus ; la strat vol à fond, tones à fond. Aucun traitement pendant et après l'enregistrement :

Fichier audio intégré

Détails de la Squier JV 1982

Squier_JV_1982_blog_bpier_1.JPG

P1000020.JPG

P1000013.JPG

P1000016.JPG

Caractéristique des JV : le manche est daté soit de 82, soit de 83, soit pour les dernières de 84 :

manche_squier_date_bpier_blog.JPG

Remarquez également les cachets tamponnés en rouge dans le logement (ou sabot) du manche, sur la photo ci-dessous. Ces cachets indiquent le modèle de JV et sa destination. 

Explication : EX signifie que la guitare était destinée au marché export ; si elle avait été destinée au marché japonais, un D aurait été tamponné. L'EX peut être accompagné ou pas d'un C. Les toutes premières Squier Export n'étaient toutefois pas marquées. Enfin, les EX étaient toutes équipées de micros US. Leur corps étaient soit en Sen, soit en aulne, soit en basswood (tilleul). Voilà donc quelques-unes des caractéristiques des JV, constituant un bon moyen de les identifier.

A noter : pour les Fender JV (et non plus les Squier JV), peuvent apparaître deux autres lettres, A ou B. De plus, leur corps étaient soit en Sen, soit en aulne.

coprs_EX_C_bpier_blog.JPG

Un micro black bobbin US des séries Japan, repérables à ses câbles gainés de plastique :

blackbobbin_non_marque_blog_bpier.jpg

Une plaque de JV mêlant red bobbin et black bobbin, assez rare, car la plupart du temps la configuration se compose de trois micros black bobbin :

plaque_fender_JV.jpg

Des Black bobbin marqués avec un crayon gras de couleur jaune. On trouve d'autres fois des marques de couleur blanche, même sur les black bobbin des Fender US de l'époque, comme ceux-ci :

blackbobbin_marques_blog_bpier.jpg

Sur certaines Squier JV de 1982, fabriquées pour l'export (donc marques EX et/ou C sur le logement du manche), les micros sont japonais (des SQ-5). Il y eut en effet un moment, en septe/octobre 1982 où fender Japan n'auraient plus eu de micros US en stock. Furent donc installés sur les guitares des micros japonais, faits par Fender Japan, reconnaissables au trait qui traverse l'embase vulcanisée du micros, en passant au milieu des alnico. Ces SQ-5 sont aussi d'excellents micros :

pups_japan_JV_blog_bpier.JPG

Détails de la Tokai Springy sound 1981

Tokai_springy_sound_ST-50_blog_bpier.JPG

Le logo spaghetti, destiné à plagier celui de Fender :

Tokai_springy_sound_ST-50_tete_manche_blog_bpier.JPG

Tokai_springy_sound_ST-50_replica_blog_bpier.JPG

Tokai_springy_sound_ST-50_bois_corps_blog_bpier.JPG

Tokai_springy_sound_ST-50_neck_blog_bpier.JPG

Tokai_springy_sound_ST-50_bois_manche_blog_bpier.JPG

Les micros marqués U de la Tokai springy ST-50, présentés sur tokairegistry.com (car pour le moment, j'ai la flemme de démonter la mienne) :

ici

Catalogues Fender Japan et Tokai de l'époque

Vous en trouverez d'autres sur le site japonais The World of musical instruments brochures

  • Le catalogue Fender Japan 1983

catalogue_fender_JV_1983_page1.pdf

catalogue_fender_JV_1983_page2.pdf

catalogue_fender_JV_1983_page3.pdf

catalogue_fender_JV_1983_page4.pdf

catalogue_fender_JV_1983_page5.pdf

catalogue_fender_JV_1983_page6.pdf

catalogue_fender_JV_1983_page7.pdf

  • Le catalogue Tokai 1981

catalogue_tokai_1981_page1.pdf

catalogue_tokai_1981_page2.pdf

catalogue_tokai_1981_page3.pdf

catalogue_tokai_1981_page4.pdf

catalogue_tokai_1981_page5.pdf

catalogue_tokai_1981_page6.pdf

catalogue_tokai_1981_page7.pdf

catalogue_tokai_1981_page8.pdf

catalogue_tokai_1981_page9.pdf

catalogue_tokai_1981_page10.pdf

catalogue_tokai_1981_page11.pdf

catalogue_tokai_1981_page12.pdf

catalogue_tokai_1981_page13.pdf

catalogue_tokai_1981_page14.pdf