De Toulouse à Bédarieux

Michel Lâg-Chavarria a démarré en 1978, dans l'atelier qu'occupait son grand-père, maître artisan tapissier. De réparations en réglages, et sa réputation grandissant, il a fini par fabriquer des guitares. Lag a été créée en 1981, produisant au compte-gouttes, testant tout ce qui pouvait l'être pour améliorer ses instruments. Son cobaye fut la "numéro-un". "Elle est détruite à force de modifications", reconnaît-il. Je ne sais plus très bien quand Lag s'est installé à Bédarieux, c'était dans la première moitié des années 90, probablement en 1993. La marque était alors déjà très connue. Des guitaristes réputés jouaient sur ses guitares. Lag avait en fait besoin de locaux plus vastes, mieux équipés pour produire davantage afin de répondre à la demande. La petite usine s'était à cette occasion dotée d'une machine à commandes numériques, destinée à produire manches et corps. Une véritable innovation à l'époque.

Michel Lâg-Chavarria était à l'affût de la moindre nouveauté, tant en matière de lutherie que d'électronique. Ainsi, les modèles des années 90 étaient très proches des premières Valley Arts (époque Lukather, fin des années 80 / début 90), dans leur construction et dans le soin apporté aux finitions. Lag, à cette époque, n'avait cependant pas la capacité de communiquer autant que pouvaient le faire les marques américaines qui étaient, en cela, aidées par des célébrités mondiales. Pour ne rien arranger, il n'était pas facile d'imposer une marque française dans un univers imprégné du mythe américain (entretenu par Gibson et Fender), si bien ancré dans la tête des guitaristes. Lag se battait avec le seul moyen dont elle disposait : une production d'une qualité irréprochable. Ce qui lui valait régulièrement d'élogieuses chroniques dans la presse spécialisée françaises. Les Lag Custom, par exemple, sont de fabuleux instruments. Voyez celle que j'ai eu la chance d'avoir entre les mains (le micro aigu et le vibrato n'étaient pas d'origine) :

Lag_custom_blog_bpier-1.jpg

Ces années-là ont été heureuses, mais dures. Lag aurait très certainement mérité de percer davantage. "Pendant vingt ans, ça a été un bonheur, difficile, mais un vrai bonheur", admettait Michel Lâg-Chavarria en juin 2010, lors d'une rencontre à l'atelier de Bédarieux.

Au cours de sa carrière, Michel Lâg-Chavarria fut principalement animé par la passion de créer. C'est ainsi qu'il y eut une collaboration fructueuse avec Jean-Michel Jarre (sur des synthés), puis la création d'un préampli à lampes, le Spitfire TL1, fort recherché aujourd'hui. Enfin, au début des années 2000, il entreprit une collaboration avec un monstre sacré de la lutherie française : Roger Jacobacci, dont les guitares sont désormais très recherchées par les collectionneurs (vous pouvez voir l'une des ses beaux instruments sur le post consacré au Marshall Country Club sur ce site). Michel Lâg-Chavarria et Roger Jacobacci développèrent une gamme de basses ensemble.

Mais, arrêtons-nous sur le preamp TL1. Je le tiens de Michel : il fut en fait développé et conçu par un employé d'Hugues & Kettner. La particularité de cette machine était d'avoir une belle saturation, couplée à un excellent simulateur de HP. Il était, à l'époque, question de produire un TL2 avec Bogner. Il n'a jamais vu le jour sous la marque Lag, mais le projet déboucha sur le preamp The Fish de Bogner. Voilà pour la petite histoire. Michel possède toujours deux TL1. Il produisit même un combo. Un lien sur La Boîte noire, concernant le TL1 : http://www.laboitenoiredumusicien.com/forum/data/lag/Spitfire-Test.jpg

Finalement, la chance finit par sourire. Lag entra dans le giron d'Algam, le principal distributeur d'instruments de musique en France, et en Europe. C'est ce groupe, notamment son patron, féru de guitares, qui lui donna enfin la dimension international qu'il mérite. Grâce à la complémentarité de Michel Lâg-Chavarria et Gérard Garnier, le patron en question, qui est toujours à l'écoute, rappelle Michel, de bonnes idées que certains pourraient trouver farfelues. C'est ainsi qu'il proposa de lancer une gamme d'instruments de saison (série automne/hiver/printemps/été), avec couleurs adaptées à chaque, qui devint la série 4 Seasons de Lâg (avec un flex cette fois).Gérard Garnier a également fait le design de la gamme Tramontane qui marche très fort.

Voici les deux derniers articles que j'ai écrits sur Lag dans mon journal, Midi Libre. Ces papiers ne sont pas libres de droit, pas plus les textes que les photos qui appartiennent quant à elles à Max Bérullier, un photographe professionnel et patron du service photo du journal : le premier des deux, Lag_bruynooghe.pdf ; le second, Lag_conquete_monde_mai2012_midi_libre.pdf

Michel a rajouté sur les manches des guitares une croix du Languedoc stylisée. C'est au centre de cette croix que sont signées les Custom shop faites à Bédarieux (Custom Bédarieux). Michel est très attaché à la région dans laquelle il vit. La photographie est une autre de ses passions. Il est excellent photographe. Peu de gens le savent. Pas mal d'images faites par lui sont d'ailleurs utilisées dans les communications de Lâg. Un lien où vous découvrirez cet autre talent : http://michelch.deviantart.com/

L'auteur de ses lignes en compagnie de Michel en 2012 :

Michel_Pierre.jpeg

L'auteur de ces lignes jouant sur une Imperator dans l'usine de Bédarieux (photo plus ancienne) :

Lag_Pierre_Ph_Berullier_2.jpg

Quelques images prises dans l'atelier de Bédarieux

La machine à commandes numériques employées dans l'usine de Bédarieux :

CNC_Lag_blog_bpier.JPG

CNC_Lag_blog_bpier_1.JPG

Bois_electrique_blog_bpier.JPG

L'étape du ponçage des manches :

Lag_poncage_manches_blog_bpier.jpg

La lutherie :

lag_systeme_maintien_manche_bpier_blog.jpg

La Croix du Languedoc

manche_lag_croix_languedoc_bpier_blog.jpg

Lâg utilise aussi des bois... griffés par des ours du Canada pour faire des tables de guitare :

Lag_table_griffes_ours_blog_bpier.jpg

Liens

http://www.lagguitars.com/

http://www.lesoreilles.com/articles/guitares-amplis-effets/lag-ap-2000-orb.pdf

http://www.judge-fredd.fr/spip.php?article371